LA BIENNALE DE MONTRÉAL 2016 - LE GRAND BALCON - THE GRAND BALCONY
MUSÉE D'ART CONTEMPORAIN DE MONTRÉAL
MONTRÉAL, QC, CANADA
10 - 2016 to 01 - 2017


Notte Coralli (2016)

Installation, photographies avec et sans cadres, film 16mm, structures architecturales, dimensions variables / Installation, photographs with and without frames, 16mm film, architectural structures, dimensions variable



Curator / Commissaire : Philippe Pirotte



Éléments architecturaux par Mercury Bureau avec Celia Perrin Sidarous; montage cinéma par Neal Rockwell; l’artiste remercie le Conseil des arts du Canada, le Musée d'art contemporain de Montréal, Parisian Laundry, The Banff Centre, David Arseneau, Ed Bamiling, Elisabeth Belliveau, Mark Clintberg, Miruna Dragan, Paul Hardy, Rebecca Erin Moran, Andreas Rutkauskas, et Clara Touchette Lacasse


/


Exhibitions structures designed by Mercury Bureau with Celia Perrin Sidarous; film editing by Neal Rockwell; the artist wishes to thank Canada Council for the Arts, le Musée d'art contemporain de Montréal, Parisian Laundry, The Banff Centre, David Arseneau, Ed Bamiling, Elisabeth Belliveau, Mark Clintberg, Miruna Dragan, Paul Hardy, Rebecca Erin Moran, Andreas Rutkauskas, and Clara Touchette Lacasse


+ + + + + + +


Les installations photographiques de Celia Perrin Sidarous se présentent comme un ensemble d’échos formels qui mettent en relation les objets représentés, le dispositif de présentation et l’espace d’exposition. L’intérêt de l’artiste pour les codes de la nature morte est fondamental : les objets mis en scène sont d’abord choisis pour leur potentiel de transformation. Leur rencontre dans l’image les dégage de leurs fonctions ou identités initiales afin de suggérer une nouvelle réalité, plus vague et flottante, portée par les affinités entre les matériaux, les formes et les couleurs. Ces rappels trouvent une extension tangible dans les structures de soutien de l’installation (socles, pentures, cimaises), dont les jeux de pleins et de vides font eux aussi image, opérant comme des parties intégrantes de l’œuvre. L’attention de l’artiste pour ce qui excède et entoure l’objet photographique relève d’une réflexion sur le rôle du décor et, plus largement, sur la notion du hors-champ, laquelle recoupe l’ensemble de son travail. Si les particularités physiques des objets choisis, trouvés, manipulés ou fabriqués dirigent la sélection de l’artiste en amont de la mise en scène photographique, leur connivence au sein de l’image et de l’installation est pensée de manière à dépasser le strict registre formel. La coprésence d’éléments à la fois hétéroclites et familiers (coquillages, papiers et découpes textiles, mains, paysages grecs, minéraux, etc.) génère une superposition de temporalités, où l’objet contemporain dialogue librement avec le moderne, l’ancien, le très ancien et l’atemporel.


Cet intérêt pour l’empreinte du temps dans la charge sémantique des objets et des représentations rejoint l’idée du mouvement entendu comme passage et translation. Le film Minor key que nous présente Perrin Sidarous en est un autre témoin. À la manière d’un collage qui se déploie dans le temps, le mouvement continu des images rappelle l’importance pour l’artiste de multiplier les façons d’observer, de contempler, de regarder dans une certaine lenteur une famille d’éléments rassemblée devant la caméra.


—Aseman Sabet


+ + + + + + +


The photographic installations of Celia Perrin Sidarous have formal echoes that establish connections between the objects represented, the display apparatus and the exhibition space. These connections suggest a new reality, conveyed by the affinities between the materials, forms, colours and subjects. These allusions find a tangible extension in the installation’s support structures (pedestals, hinges, mouldings), whose plays of solids and voids act as integral parts of the work. The artist’s attention to what surpasses and surrounds the photographed object relates to an examination of the space that finds itself off-camera, the hors-champ. The simultaneous presence of disparate yet familiar elements (shells and other sea objects, paper and textiles cutouts, hands, Grecian landscapes, minerals) generates a layering of temporalities, in which the contemporary object converses freely with the modern, the ancient, the very ancient and the timeless.


This interest in the trace of time on the semantic charge of objects and representations ties in with the idea of movement understood as transition and translation. Like a collage that unfolds over time, the film Minor key that is part of the installation recalls the importance the artist attaches to offering multiple ways of observing, contemplating and viewing, at a very deliberate pace, as group of elements assembled before the camera.


—Aseman Sabet, translation CPS




Documentation Clara Touchette-Lacasse